Logo
01AitaFluryPlanetariumaussen
02AitaFluryPlanetariumInnen
03AitaFluryPlanetariumEmpfang
04AitaFluryEmpfangInnen
assets/
assets/
assets/
assets/
assets/
assets/
00AitaFluryPlanetariumSituation
01AitaFluryPlanetariumSituation
03AitaFluryPlanetariumEG
04AitaFluryPlanetarium1.OG
05AitaFluryPlanetarium2.OG
06AitaFluryPlanetariumAnsichtlang
07AitaFluryPlanetariumQS
08AitaFluryPlanetariumSchnittdortoirs
09AitaFluryPlanetariumAxo
10AitaFluryEmpfangAxo
assets/
assets/
assets/

Situation
Urbanisme

Le périmètre du concours pour la Fondation de La Porte des Etoiles est situé sur les hauteurs au nord de la ville de Lausanne, à la limite du plateau et des forêts du Jorat. Le lieu est caractérisé par le contraste entre l'axe très passant de la Route de Berne et la proximité de l’ensemble du Chalet-à-Gobet, s’ouvrant vers l’arrière sur le paysage dédié à l'équitation.

 

Dans le très bel ensemble historique du Chalet-à-Gobet, le projet reconstitue et consolide l’identité de la cour entre les bâtiments, en renforçant les continuités et en proposant de nouveaux bâtiments qui, en intégrant certains éléments, augmentent la cohérence de l’ensemble. Cette cour, tout en restant ouverte vers le contexte, devient l’articulation et le centre de la Fondation Porte des Etoiles. La conception de l’ensemble à la silhouette marquante grâce au nouveau planétarium et au pavillon d’entrée, est fortement liée aux besoins du programme et aux contraintes et potentiels du contexte. Cette nouvelle situation fait non seulement de la cour un espace à l’identité forte, mais aussi renforce la qualité de la relation à la rue, faisant de la nouvelle place une esplanade d’accueil adéquate.


Trafic
Les considérations suivantes sont centrales pour l’insertion dans le site du nouveau centre culturel: La mise en œuvre du rond-point permet le stationnement de tout le trafic privé sur la partie nord de la zone asphaltée. L'espace requis pour les places supplémentaires est repris sur la réduction de la route de Berne à trois voies, ou dans la zone du rond-point à deux voies. Les visiteurs accèdent au complexe culturel par deux passages piétons. Les arrêts de bus sont prévus directement après le rond-point et sont dans une relation optimale avec le nouveau pavillon d'accueil. Les parkings des autocars et un point de dépose seront disposés sur le côté Chalet-à-Gobet, en combinaison avec le petit bâtiment ECA 9600 (Sanitaires), qui participe à une différentiation claire entre la zone dédiée au transport et l’accès piéton de la fondation. Le centre équestre est accessible via la nouvelle route à l'Est du complexe. La livraison du nouveau complexe d’exposition se trouve également sur cette allée, de façon à ce que la cour de l'ensemble du Chalet-à-Gobet, mis-à-part la livraison de l'Auberge et du nouveau pavillon d'accueil, soit libre de toute circulation. La sortie vers le tunnel sera réduite à la largeur nécessaire et est réservée aux bus.

Aménagement paysager
Devant l'Auberge et le nouveau pavillon d'accueil les arbres existants sont complétés pour former un bosquet lâche. Une surface généreuse est stabilisée, définit la zone d’accès et accueille le flux de visiteurs. La cour de l’ensemble est le centre. Le sol est recouvert de grandes pierres de pavage, ce jusqu’à la façade des bâtiments. L’espace de la cour est structuré par un groupe de cerisiers. La floraison magnifique au printemps, la couleur rouge vif des feuilles en automne invitent à s'attarder. Sur les côtés sud et nord-est, le parc est directement adjacent aux nouveaux bâtiments. La plantation du parc est complétée avec des arbres individuels et des groupes d'arbres. Des chemins sinueux mènent de la zone d'entrée ainsi que depuis la cour, dans le Parc du Jorat. L'aire de jeux et de pique-nique est adjacente au couvert extérieur intégré au bâtiment d'entrée. La réduction des voies sur la Route de Berne permet la plantation de rangées d'arbres le long de la zone de stationnement, créant ainsi une césure spatiale.

Bâtiment d'accueil
Le nouveau bâtiment d’entrée et de réception de la Fondation La Porte des Etoiles et du Parc du Jorat est conçu comme l’articulation du projet: le bâtiment pour ces nouveaux usages intègre la remise existante de l’Auberge en un seul volume: Un nouveau grand toit expressif relie la nouvelle construction et l’ancienne remise en un grand bâtiment d’accueil, générant un espace extérieur couvert à partir duquel la nouvelle halle de la cafétéria, l’accueil et la boutique des sciences sont accessibles tout en étant rattachés à la cour. Le nouveau bâtiment dégage ainsi toute sa présence, malgré sa position excentrée par rapport à l’ensemble.


La morphologie du bâtiment et de son intérieur découle des architectures que l’on trouve dans les alentours: il s'agit d'une typologie d’espace unique, comme le serait une grange, avec un toit de protection qui intègre au sud un espace extérieur (couvert extérieur, point de rencontre) et se connecte ainsi avec le paysage. L'intérieur est caractérisé par une solide structure en bois dont les colonnes-arbres, les fermes et les pannes, font allusion aux typologies rurales archaïques, mais qui, par ses dimensions et l'abstraction de sa couleur, propose l'interprétation contemporaine très aérée d'un pavillon d'accueil d'un centre pour la science et la nature.

Planétarium, espaces d’exposition et d’animation

Le bâtiment ECA 9592 (anciens logements militaires) est associé à la nouvelle construction (en place des anciennes écuries brûlées) et deviennent ensemble le complexe planétarium et expositions, ce en prenant en compte les considérations suivantes :

1. L'empreinte du nouveau bâtiment correspond quasi exactement à l’empreinte des bâtiments disparus. L’espace en creux qui est ainsi maintenu entre la maison à l'Ouest et le nouveau bâtiment est constitutif de l'impact de l’ensemble, c’est en effet ce qui distingue ce lieu, par sa structure additive évoluée au fil du temps, et qui donne à chaque bâtiment une certaine indépendance et un caractère propre.


2. Le programme particulier et singulier (La Porte des Étoiles, en particulier le planétarium) et sa connotation iconographique doit être présente et lisible dans l’architecture (branding, publicité). La coupole du planétarium est placée sur le plan presque carré du nouveau bâtiment de manière à être visible de la rue et de la cour elle-même, déterminant la silhouette tout en composant avec les géométries des toit en pente et des maisons adjacentes.


3. La géométrie du dôme imprègne l’espace d’exposition, où elle se traduit par une structure rayonnante en béton soutenue par un poteau central. La structure explore l’analogie aux charpentes en bois traditionnelles, tout en les réinterprétant et en se conformant aux normes de protection incendies liées au programme. L’espace d’exposition est divisible librement le long des poutres rayonnantes.

 

4. Afin de permettre l’utilisation du bâtiment ECA 9592 pour les espaces d’exposition et d’animation restants, un plancher est déposé et libère la hauteur sous plafond nécessaire, générant un parcours attrayant à travers une variété d’espaces hauts, de perspectives et de vues inattendues, une séquence spatiale haptique dans laquelle ancien et nouveau sont tissés.
5. La salle d'observation solaire, la terrasse d'observation ainsi que le cœlostat sont inclus dans la partie orientale de l'édifice 9592, garantissant l’accessibilité et l’angle libre d’observation d’une part, et d’autre part, assurant une intégration optimale dans le circuit de l'exposition.

Administration, dortoirs et appartement du gardien

L'administration se trouve à l'étage supérieur de la ECA 9592. Le dortoir pour le tourisme vert et l’appartement de fonction sont intégrés dans l’ensemble d’habitation existant. Le logement de gardien est conçu comme un duplex. Un ascenseur permet l’accessibilité handicapés du dortoir. Les grandes chambres et la cuisine commune au rez-de-chaussée sont orientées vers la cour, les salles de bains sont situées au nord. Tous les bâtiments sont accessibles à partir de la cour.

Relation ancient-nouveau

L’approche du projet au rapport entre nouvelles constructions et bâtiments existants vise à mêler les époques plutôt qu’à une confrontation didactique, grâce à l’emploi de structures, de matériaux et d’un vocabulaire de formes qui, tout en étant clairement identifiables comme contemporains, se fondent avec l’existant sans générer de rupture thématique entre l’ancien et le nouveau.

 

Des éléments remarquables de l’identité du lieu, par exemple le fragment de la façade de l'entrée de la grange brûlée, avec ses arcs en plein cintre sont préservés, intégrés et sont des éléments visible de la construction. La nouvelle façade du bâtiment principal (Expositions et planétarium) est en brique apparente à l’intérieur et à l’extérieur et soutient, grâce à sa surface tactile et robustes, la confrontation à la rudesse de la substance ancienne.

 

La surélévation de la partie orientale de la ECA 9592 est une structure enduite, complètement intégrée à l’existant.

 

Enfin, le bâtiment d'accueil est basé lui aussi sur une stratégie d’extension-intégration  - la remise est complètement intégrée dans le nouveau pavillon, ou même, en est le générateur.

Structure et construction

Planétarium: Structure porteuse

Le toit du Planétarium consiste en une coupole du type „Schwedler“ avec des méridiens et parallèles circulaires en bois lamellé collé. Formant un treillis, la structure est très rigide grâce aux diagonales (fers ronds de 16 mm de diamètre) bien que les méridiens aient une section mince de 12 x 16 cm. A l’abri de ce dôme, la coupole intérieure indépendante en aluminium sert comme écran des projections du planétarium. Cette structure légère standard est posée sur la dalle de sol du planétarium. Les autres structures du bâtiment sont construites en béton armé et en maçonnerie. La charpente bois, légère, de la coupole repose sur la dalle béton la plus haute. Les dalles intermédiaires portent entre la colonne centrale et les murs extérieurs, ces portées plus grandes exigeant des dalles nervurées. Les nervures sont orientées radialement et la partie centrale en dalle pleine est bien adaptée pour reprendre les moments fléchissant négatifs.

 

Accueil et Cafeteria

Ce bâtiment est construit en bois, d’une manière plutôt conventionnelle, avec des fermes et des pannes rapprochées. La stabilité latérale est garantie d’une part par les parois rigides du rez-de-chaussée, d’autre part par les piliers en bois encastrés d’une section carrée d’environ 25 à 30 cm. Les fermes et les haubans forment des cadres rigides avec les piliers centraux.

Planetarium Chalet-à-Gobet

Wettbewerb

Lausanne 2012

 

Architektin:     

Aita Flury

 

Ingenieure:       

Conzett Bronzini Gartmann AG

 

Landschaftsarchitekten:

Müller Illien Landschaftsarchitekten GmbH

 

Verkehrsplaner:

stadt raum verkehr, Birchler + Wicki


AitaFluryEdirneSinan

Sultan Bayezit II Külliyesi – Komplex in Edirne von Mimar Sinan